Atelier Arts Plastiques   Atelier Theatre   Expo Art Contemporain

  

scène d'été, Thomas Ivernel Galerie 96, Paris

expositions

communiqué presse

 oeuvres

 

 

Thomas Ivernel est né à Paris en 1970 de parents comédiens. Son intérêt pour le dessin naît très vite à la lecture des comics américains. Il aime alors prendre pour modèle les supers héros dont il reproduit  les corps et les visages.

Il intègre à l'âge de 16 ans l'Ecole nationale des arts appliqués Duperré qui lui enseigne les fondamentaux classiques, puis entre à l'Ecole des Beaux Arts, dont il sort diplômé en 1994. L'enseignement des Beaux Arts élargit l'horizon de Thomas Ivernel. Il se retrouve dans l'atelier de Jean-Michel Alberola, grâce auquel il découvre la peinture abstraite. Jean-Michel Alberola « m'a beaucoup marqué, explique Thomas Ivernel, car il m'a fait réfléchir à ma pratique et m'a incité à remettre certains acquis en question ». C'est aussi aux Beaux-Arts que Thomas Ivernel approfondit son goût marqué dès l'enfance pour le portrait et la figuration. « J'ai toujours peint des portraits. Avant d'aller aux Beaux-Arts, je me prenais déjà comme modèle. Ce qui me portait vers cette solution, c'était la peur de rater et le besoin d'expérimenter, raconte-t-il. (...) Je ne savais pas encore où le portrait me mènerait. C'est aux Beaux-Arts que j'ai eu l'occasion de travailler avec toutes sortes de gens que je peignais d'après nature. »

A la sortie de l'Ecole, Ivernel expérimente beaucoup, se frotte à tous les styles. « J'ai gardé de cette période une grande liberté, estime-t-il. Je suis très sensible à l'interaction qui se produit entre ceux que je peints et moi-même. Le plus souvent, c'est le sujet qui conditionne ma façon de peindre ».

C'est en 1999 que débute sa rencontre avec la banlieue, lorsque son ami, le peintre Jacques Bibonne - connaissant son attrait et son talent pour le portrait - lui conseille de contacter un groupe de jeunes de la Cité des Cosmonautes à Saint-Denis qui cherchent un peintre pour réaliser le portrait de Karim Fadiga, leur camarade qui venait d'être poignardé par des dealers. Cette rencontre marque profondément Thomas Ivernel. « Oui, reconnaît-il, la banlieue me travaille beaucoup. Je ne me vois pas comme un peintre engagé, mais l'actualité me traverse et ma peinture en témoigne sans même le chercher... Faire un portrait pour moi, c'est à la fois fixer un moment et témoigner de ce moment. C'est garder la trace d'une relation entre un modèle et le peintre »

La banlieue devient à partir de cette date l'un des sujets récurrents de Thomas Ivernel. En 2003, il réalise le portrait de dix-sept habitants de la Cité Salvador Allende de Saint-Denis, à la demande du collectif artistique Cortex, dont quelques uns sont présentés dans ce document.

Exposition d'Art Contemporain - Ateliers Arts Plastiques - Atelier Théatre
Fontenay aux Arts, 48 bis rue Dalayrac 94120 Fontenay sous bois Tél. : 06 60 96 13 92

 

 



création e-commerce